dimanche 11 février 2024

Les anges d'Elysium, Étincelle (T3) d'olivia Wildenstein


Anecdote angélique numéro 100 : Le saviez-vous ? Les ailes ne vous rendent pas supérieur. Elles vous servent seulement à voler.
.
Naya et Adam n’ont rien en commun. Si ce n’est des ailes noires. La même date d’anniversaire. Et des pères aussi proches que des frères.
Mais c’est à peu près tout.
La douce et docile Naya a toujours scrupuleusement suivi les règles. Arrogant et indiscipliné, Adam s’est donné pour mission de toutes les enfreindre.
Elle, c’est la fille bien-aimée d’un archange. Lui, le garçon rebelle des guildes... ou plutôt, le Plumable rebelle.
Quand Naya déboule dans la vie d’Adam pour lui demander une place dans son équipe de gardiens clandestins, il refuse. La dernière chose dont a besoin son escouade officieuse, c’est d’attirer l’attention d’un archange, et la dernière dont il a besoin, c’est de se laisser déconcentrer par une blonde pétulante à la voix enjôleuse et aux yeux pénétrants.
Le problème, c’est que Naya ne tarde pas à devenir, aussi soudainement qu’inexplicablement, l’unique objet de son désir.

Prétendre que cette trilogie n'a pas laissé une douce marque dans mon coeur serait mentir. Ce dernier tome de la saga des Anges d'Elysium est un achèvement parfait de l'histoire dans sa globalité. Je le considère comme une promesse tenue par l'auteur, qui nous a fait vivre au fil des 3 tomes, il faut le dire, des montagnes russes d'émotions (surtout le premier tome qui fût incroyablement dur à digérer pour ma part). 

Si vous avez déjà lu le tome 1 et 2, quels ont été vos ressentis en commençant cette dernière ligne droite ? Pour ma part, je me suis sentie hyper heureuse de faire la connaissance de Naya et d'Adam ! En tant que roman final, on sait que beaucoup de choses vont se jouer, mais aussi que certaines portes vont s'ouvrir, et plus encore ! Et c'est tout ce qu'on attendait. 

Ce qui est intéressant à souligner, c'est que l'amour ne devient pas dégoulinant à en recouvrir tout le reste. Un juste dosage est habilement fait entre cette partie de l'histoire et le reste : action, espionnage, trahison, secrets et dommages collatéraux font également partie de la fête,. On ne tourne pas en rond, l'histoire suit son cours de façon équilibré, et on apprécie ! 

Concernant l'écrit du roman, j'ai fortement apprécié le fait que nous passions à une double narration. Nous avons en l'occurrence les points de vues des deux protagonistes les plus importants de la saga, je dirais. Dans ce sens, on conserve une narration immersive, tout en profitant d'un approfondissement des personnages étant donné que nous nous enfonçons à chaque fois dans la tête de chacun, et c'est une raison qui nous permet de s'attacher d'autant plus à nos deux Plumables. (J'ai préféré cette méthode de narration comparé à celle présente dans le tome 1.)
Autre fait que je me dois de mettre en avant : à chaque fois qu'Adam prend la place de narrateur, nous avons le droit à une information d'Elysium même ! Et j'ai plus qu'adoré. Voici quelques exemples : 
"Information angélique n°1000 : La taille et la brillance des ailes ne sont pas des mesures de la valeur d'un être."
"Information angélique n°76 : Les anges ne sont pas des dieux, même si certains agissent comme tels."
"Information angélique n°2 : La véritable beauté est la profondeur de l'âme."

Pour moi, cette saga rentre dans mes livres préférés. C'est ce genre de livres qui vous font perdre la notion du temps : vous savez l'heure qu'il est lorsque vous débutez votre lecture, mais finissez toujours par être étonné de l'heure à laquelle vous le reposerez. 

Les anges d'Elysium méritent toute votre attention. Croyez-moi, nom d'Abaddon, car c'est une Plumetain de trilogie ! 

Ma note : 5/5 
 

vendredi 1 décembre 2023

Les anges d'Elysium, Céleste (T2) d'Olivia wildenstein 



Dans quatre-vingt-douze jours, les appendices en plumes qui me lient à ces gens que je déteste vont enfin se détacher. Mes chères petites ailes, je ne vous regretterai pas.

Celeste a passé les quatre dernières années à se bâtir une vie en dehors des guildes angéliques (les fêtes, ça, c’est fait), délaissant les ambitions des anges pour celles des humains (les études, ça, c’est fait), semant ses plumes sur les pavés de Paris et, plus récemment, les trottoirs de New York (la langue trop bien pendue, ça, toujours !).

Elle a juré de ne plus rien à voir avec les anges. Malheureusement, quand la femme, qui l’a recueillie le soir de la disparition de Leigh, trouve la mort, ils reviennent de force dans sa vie... et pas n’importe quel ange, le plus détestable d’entre tous : Seraph Asher.

Celeste a beau envoyer l’archange se faire emplumer, cet homme aussi beau qu’obstiné refuse de la laisser en paix. Il insiste sans relâche pour qu’elle complète ses ailes. Et quand elle lui demande une bonne raison de le faire, il lui en donne une, implacable : ce qu’il a fait de l’âme de Leigh.

Asher n’avait aucune intention de partager son lourd secret, pourtant c’est le seul moyen de sauver Celeste, la Plumable rebelle qu’il n’arrive pas à chasser de sa tête... et de son cœur.

469pages de pure bonheur en terme de lecture. 
Nous retrouvons certains personnages du tome 1, et ça fait du bien ! 

Ici, nous suivons Céleste que nous avons rencontrés précédemment, avec sa langue bien pendue et son fort caractère qui l'avait déjà démarqué du reste de son peuple. 
Asher, qui me paraissait bien trop froid et sans émotion, est vu sous un autre jour. Ce personnage sera évidemment approfondi et pourra être apprécié à sa juste valeur. On pousse un peu plus l'exploration sur le monde céleste ainsi que son fonctionnement. J'ai trouvé que leur façon d'agir fait écho à notre monde d'une certaine manière, avec beaucoup d'injustices et d'incompréhensions, ainsi que des caractères bons comme mauvais. 

Comme dans le 1er tome, on passe par toute sortes d'émotions (y compris Céleste qui va peut être se rendre compte que, parfois, écouter un petit peu peut être bénéfique). Même si l'histoire de notre belle Plumable et d'Asher m'a moins pris aux tripes que celle de Leigh et de Jarod (qui m'a fait pleurer comme une madeleine), elle en reste très bonne : on ne frôle pas les mêmes émotions, mais c'est ce qui rend chaque tome un peu plus unique.
Le lien entre céleste et asher a été très bien travaillé et j'ai adoré la manière dont cela se concrétise. La façon qu'ils ont dès le départ de se chercher des noises a été grandement apprécié pour ma part. 

Il reste des questions auxquelles nous n'avons pas de réponse, et elles seront peut être abordées dans le dernier tome de la saga (notamment le fonctionnement qu'emploient les Ishim lorsqu'ils décident de retirer une plume ou non). 

La plume de l'auteur (si je peux me permettre !) est toujours aussi agréable et fluide. Parfaite sans prise de tête. Avec Céleste, attendez-vous à un vocabulaire plus familier qui retranscrit parfaitement son individualité. 

Ma note : 5/5


lundi 13 novembre 2023

Les Anges d'Elysium, Plume (T1) d'Olivia Wildenstein


Ce devait être une mission rapide. Si quelque chose a bien été rapide, c’est la vitesse à laquelle j’ai échoué.
Il ne lui reste plus qu’un mois pour gagner les plumes qu’il lui manque quand Leigh, âgée de vingt ans, embarque pour Paris, où elle doit rencontrer son tout dernier projet, Jarod Adler, vingt-cinq ans, chef de la mafia parisienne et pécheur de la pire espèce... un Triple.
Si Leigh parvient à convaincre Jarod d’accomplir une seule bonne action, elle a une chance de gagner cent plumes, plus qu’il n’en faut pour compléter ses ailes et accéder à Elysium, la terre des anges.
Ce dont elle ne se doute pas, c’est que le charme ténébreux de Jarod va lui coûter des plumes.
Elle a la ferme intention de le sauver, et lui, la ferme intention de la détruire.
Jusqu’à ce qu’il prenne conscience qu’en détruisant ses ailes, il détruit aussi son cœur.
Un cœur qu’il rêverait d’entendre battre rien que pour lui.
Une réécriture moderne de Roméo et Juliette, mettant en scène un pécheur invétéré et l’ange qui ne reculera devant rien pour le sauver. Une lecture idéale pour les adeptes de romance dark surnaturelle.

Leigh est une Plumable. Dans la hiérarchie des Anges, cela signifie qu'elle est un jeune ange n'ayant pas encore complété ses ailes. Le grade le plus bas est celui des Nephilim qui est attribué aux anges déchus, disgraciés ou dépourvus d'ailes : les anges peuvent devenir des Nephilim de plusieurs manières différentes. À contrario, le plus haut rang des êtres célestes sont les Seraphim qui sont également connus sous le nom d'archanges.  
Le rêve de Leigh est de faire son ascension pour entrer à Elysium, la cité des Anges, afin de pouvoir devenir Malakim (collecteur d'âmes sur Terre). Pour cela, elle va avoir besoin de complété ses ailes, et par défi, elle va jeter son dévolu sur Jarod qui fait partie de la pire espèce répertorié. Pour cela, elle va se rendre à Paris et on n'en perdra pas une miette. 

Les dés sont jetés, le temps est compté.

Délicieusement dangereux, émotionnellement touchant, on brave les épreuves (interdites ou non) avec notre ange qui est aussi belle qu'attachante et aussi têtue qu'une tête de mule. 
La lecture est addictif en bien des points : la cohésion (ou non) des lois dictés par les êtres célestes qui seront remis en question, la progression de notre protagoniste dans sa quête de la justice, la fluidité du texte, et évidemment, (évidemment !) le lien qui se profile à l'horizon entre le mafieu et l'ange délicat que Leigh est censée être.
L'auteur prend le temps de poser les bases comme il se doit, et nous dessine un portait du monde céleste bien ficelé, mais aussi plonge dans la description de détail agréable à lire, tel le déploiement d'ailes ou encore le toucher des plumes. A cela s'ajoute un décor de Paris facilement reconnaissable avec par exemple le château de Versailles et sa galerie des Glaces. On se laisse transporter très aisément entre ces deux univers très différents, mais pourtant indéniablement relié.

Certains des personnages secondaires sont tout aussi attachants ou détestables. Je leur ai trouvé de la profondeur chacun à leur niveau, et j'ai hâte d'en retrouver certains dans le tome 2 !
   
Coup de coeur pour cette découverte qui m'a régalé du début à la fin, et qui a fait chavirer mon coeur dans les moments les plus diaboliques ! 

Ma note : 5/5 

vendredi 20 octobre 2023

 Je t'aime de Romain Sardou 


« — Vous auriez du feu ? demanda-t-elle pour ne pas laisser le silence prendre sa place, tout en pensant “qu’est-ce que tu fais ?” : elle ne fumait plus depuis six ans.
Il sortit une boîte d’allumettes et attendit.
— Il vous faut aussi une cigarette ?
Elle balbutia : “Heu… oui… enfin si vous en avez…”
Il lui tendit son paquet, puis craqua une allumette. Il se pencha vers elle, de tout son haut, et ce fut comme s’il venait d’absorber l’intégralité de la rue à lui tout seul. Et elle avec.
On le sait : pas une microseconde ne passe dans l’univers sans que des amas d’étoiles se percutent, des mondes ne disparaissent et ne renaissent, des particules se divisent, puis se reconstituent.
Là, Camille rencontra Camille… »
Avec Je t’aime, Romain Sardou nous offre, au cœur de Paris, une peinture tendre et impitoyable des nouveaux rapports amoureux. Dans ce conte de fées contemporain, l’auteur enchaîne des scènes qui tournent souvent au jeu de massacre. Car, c’est bien connu, les histoires d’amour finissent toujours mal. Ou pas…
Un roman tendre, féroce et optimiste


En voilà un roman qui sort de ce que j'ai l'habitude de lire ! (de toute façon, j'aime tester de nouveaux genres !). Je trouve que sortir des sentiers battus permet à la fois de se découvrir toujours un peu plus soi-même et de sortir de sa zone de confort. Chose faite ! 

La plume de l'auteur est la première chose que je souhaite aborder ici. Elle m'a impressionnée. Pourquoi ? Car la lecture ne s'est pas faite aussi fluidement qu'à mon habitude. En toute transparence, bon nombre de mots employés étaient inconnu au bataillon. C'est dans ces moments là qu'on se rend compte, une fois de plus, de la richesse de la langue française (en tout cas, ce fût mon cas !). Il y a un mélange de registres de langue que j'ai apprécié car cela me demandait différents niveau de concentration. Cela n'engage que mon niveau de langage, évidemment !

En parallèle à cela, nous retrouvons beaucoup de références culturelles : cinématographique, musical, historique, artistique... Pour mon cas, hormis les lire, je n'ai pas su les remettre, puisque mon niveau de culture ne vole pas excessivement haut comparé à ce que l'auteur nous offre (oui, je n'ai pas honte de le dire !). Romain Sardou nous propose également une balade à travers Paris où on prend le temps de s'arrêter sur les choses qui sont là, juste sous notre nez. 

Concernant l'histoire, Camille va rencontrer Camille. Le monde autour d'eux continuera de tourner évidemment, et ce qui est intéressant, c'est qu'une petite chose infime permettra de switcher vers un autre couple (deux gens discutant autour d'un verre, un regard vers la fenêtre du voisin en face de son immeuble, un passant croisé sur le trajet d'une balade, le serveur qui dépose simplement notre commande à table...) C'est via cette idée que Romain Sardou va nous faire voyager à travers l'amour contemporain et quelques unes de ses formes. 

On peut comparer le tout à une tranche de vie où chaque personnage évolue avec son histoire. Au final, rien d'excessivement impressionnant dans leur vie, si ce n'est qu'ici on prend le temps d'apprécier (ou non) chaque instant, chaque choix, chaque difficulté et chaque bonheur.

Pour conclusion, je dirais simplement que j'ai apprécié ce nouveau style de lecture sans que cela soit une révélation pour moi. Je retenterais certainement l'expérience un jour.  

Ma note : 3/5 

lundi 5 juin 2023

 Le roman de Kakashi, Éclairs dans un ciel glacé d'Akira Higashiyama et Masashi Kishimoto

Un an après la fin de la IVe Grande Guerre Ninja...
À bord d'un dirigeable secret construit par le pas des Vagues, Kakashi - qui va bientôt être nommé Hokage - affronte un malheureux ninja au coeur gelé.
Saura-t-il encore protéger les siens après avoir perdu à la fois l'oeil de son ami et ses techniques foudroyantes ? Quelle "Flamme de la Volonté" Kakashi acquiert a-t-il dans les cieux lointains ? Il ouvrira une nouvelle ère ninja.

On retrouve les personnages iconiques du monde de Naruto, en particulier Kakashi Hatake que l'on va suivre à travers une de ses missions. Cette dernière aura un impact sur sa vision de la prise de Pouvoir du Hokage. 

Comment passer à côté d'un roman qui met en scène un personnage qu'on adore ? En apprendre plus sur ce dit personnage a été ma motivation première lors de l'acquisition de ce tome. Me revoilà donc plonger dans le monde des ninjas ! Malheureusement, je n'ai pas entièrement été convaincu, malgré Kakashi que j'adore particulièrement !

On retrouve bien la plume d'Akira Higashiyama, tout comme dans le roman de Jiraya, qui m'avait laissé assez perplexe en terme de dialogue, tel que  "- ?" ou encore "- !". Cette fois, c'est tout de même nettement plus contrôlé, mais toujours présent. La lecture reste fluide et simple : c'est un roman qui se lit vite.

Concernant l'histoire et la mission en elle-même, je m'attendais à un questionnement et à une réflexion un peu plus travaillé de la part de Kakashi, et finalement, on n'en apprend pas spécialement plus sur sa décision de devenir Hokage. Ils sortent d'une grande guerre, et il a vu pire : son observation est bien trop simpliste et facile à mon goût. Le fond du récit me paraît plat et sans trop de profondeur pour les thèmes censés être abordé selon le résumé. En bref, c'est comme si l'auteur aborde et conclut ces thèmes bien trop vite et bien trop facilement. 

Si on est fan de l'univers et du personnage, ce livre est a considérer comme une mission en plus et non pas comme l'investiture du 5e Hokage.

Ma note : 2/5




 Rose et la maison du magicien (T1) de Holly Webb


Rose quitte son orphelinat pour travailler au service du célèbre magicien, Mr Fountain. Une drôle de vie commence : formules, potions, mais surtout une maison dans laquelle il dépasse des choses étranges. Un jour Rose réalise qu'elle n'est pas une petite fille comme les autres et qu'elle aussi, maîtrise la magie...

Nous débutons l'histoire à l'orphelinat et allons suivre Rose dans son nouveau foyer qui sera également son gagne-pain. Il y a beaucoup de description en tout genre, de la chose la plus utile à la plus futile. Certaines pages sont en trop à mon goût et sont là uniquement pour remplir un vide. L'histoire avance très lentement.

Je m'attendais à autre chose concernant la maîtrise de la magie de Rose. Peut-on réellement appeler cela de la maîtrise? J'en doute personnellement. Lorsque l'action commence, l'instant est très court par rapport à la taille du roman, et l'élément de résolution de l'une des péripéties m'a sincèrement donné l'impression d'avoir perdu plusieurs pages pour strictement rien. Je n'ai pas trouvé de profondeur ni de réel intérêt à l'histoire, dans sa globalité.

Concernant la traduction : je ne trouve pas agréable de retrouver des mots anglais dans ma lecture, tel que "Mrs". Cela me dérange et m'expulse du roman. 

Cette lecture a été ennuyeuse du début à la fin malheureusement. C'est un flop total pour moi :(

Ma note : 1/5

dimanche 21 mai 2023

 De la nuit naît l'aurore d'Élodie Morgen


À seulement 3 ans, Abygaël a terrassé le cancer qui grignotait vicieusement son cerveau.
Désormais infirmière, elle s'apprête à faire ses débuts en EHPAD en compagnie de la mascotte de la résidence : l'inimitable chat Tatos.
Mais son premier jour est loin de se dérouler comme prévu ! Harcelée par des phénomènes étranges, elle en vient à douter de sa santé mentale et craint de replonger dans un cauchemar passé.
D'où viendra l'espoir ?
De la réalité… ou du surnaturel ?

Ce livre est une nouvelle de 192 pages qui nous emporte en l'an 2038. Abygaël, fraîchement diplômée, va découvrir les ravages que le Covid a pu faire dans son sillage. Bien qu'abordé à l'école, ce qu'elle va vivre fera abstraction de la théorie.  

En premier lieu, je souhaite mettre en avant l'hommage qu'Élodie Morgen fait d'entrée de jeu et je cite : 
"À Abygaël, à jamais dans nos mémoires, et à ses parent, dont le courage force l'admiration. À Alexandra, à jamais dans nos coeurs, toi qui veilles maintenant sur nous. À toutes les âmes que j'ai accompagnées pour un dernier voyage. À tous mes anciens collègues". 
Le ton est posé : on sait que ce récit a un goût relié à la réalité, et cela donne une autre dimension à l'histoire, puisqu'on comprend que les sujets abordés auront été vécu d'une façon ou d'une autre.
J'ai apprécié également la postface dans laquelle Élodie Morgen met en lumière différents points qui lui tiennent à coeur. Je m'adresse donc à l'auteur : votre message a été entendu et votre hommage a été magnifiquement réalisé. Aussi, c'est une très belle manière d'éclairer des zones paraissant encore sombre à notre époque.

Passons au reste du contenu ! Les petites illustrations qu'on voit au fil des pages sont toutes mignonnes, simples et efficaces. La lecture est très fluide, sans accrocs, ce qui en fait un moment agréable. 
Une nouvelle est un court récit ayant une intrigue simple et brève, comprenant une action ou un événement unique : même si j'ai eu la sensation que l'histoire tirait en longueur sur un ou deux chapitres, ils sont nécessaires car complètent les informations qu'Abygaël a besoin pour comprendre pleinement l'affaire à laquelle elle se trouve confrontée (et puis les chapitres sont tout de même relativement court, donc cette dite sensation passe très vite finalement). 

L'ensemble est léger, plutôt calme mais pleines de ressources.

Ma note : 4/5