mardi 18 juin 2024

Spider-man, L'étreinte fatale de doc Ock !, Géant 1, de  Panini Comics



Dans ce numéro... Spider-man affronte le Vautour, le Docteur Octopus, l'effrayant Homme Sable et bien plus encore ! Découvre aussi les origines des Quatre Fantastiques et leurs premières missions en tant que super-héros. Enfin, accompagne Hulk alors qu'il fait face à d'incroyables insectes géants ! 

Spiderman, la petite araignée sympa du quartier est de retour dans une BD au format Géant. 

Cette bande dessinée est composée de pleins d'histoires courtes qui permettent de faire des pauses régulièrement si besoin.

Même si Spiderman se voit être en première position ici avec 5 histoires, Captain America, les Quatre Fantastique et Hulk ont leur place également.

Globalement, il y a deux différences en terme de couleur : un côté assez sombre pour les histoires de Spiderman (qui fait partie de l'univers, il faut le dire), et un côté bien plus lumineux et coloré pour nos autres héros. 

Pour les dessins, j'ai été un peu déçue : certaines planches sont bien travaillées, alors que d'autres font peine à voir. Vous pourrez voir par vous-même de quoi je parle dans l'histoire intitulée : Spider-man contre l'incontrôlable Homme Sable. Peter, qui est le personnage principal quand-même, n'a pas du tout été travaillé correctement dans certaines cases, au point où on le reconnaît uniquement grâce à son costume. Cela a été clairement décevant. 

Au niveau de l'écriture, j'ai été assez vite ennuyé par les blagues qu'on nous balance à tout va (rien que dans la première histoire "Duel à mort avec le vautour"[qui, soit dit en passant, ne correspond pas à l'histoire, puisqu'il n'y a pas de mort...], vous verrez que c'est bien trop souvent). 

Pour conclure, on reste sur des histoires simples qui se lisent facilement, même si certaines cases font mal aux yeux. 

Ma note : 2/5 

vendredi 26 avril 2024

Globul'rhapsodie de Virginie Logan et Gildas Thomas


Imaginez-vous tout petit tel un microbe, bringuedalé dans un corps humain. Ce n'est pas une experience ordinaire !!
C'est pourtant ce qui arrive à Enora, une fillette particulièrement intrépide. Comment s'èchapper ? Comment lutter contre le court inéluctable de la digestion ? Heureusement, Globu et Bulo, globule rouge et globule blanc, viennent à sa rescousse et décident de l'aider dans son périple.
Bouche, estomac, intestin, coeur, poumons, cerveau... Une course effrénée alors que rôde un virus...

Ce livre audio est destiné aux enfants dès 6 ans, mais concrètement, je le trouve adapté à plus petit également, du moment où l'enfant arrive à être à l'écoute (que ce soit visuellement parlant ou auditivement parlant). Nous allons suivre Enora qui va se voir rétrécie et dans le corps de son ami malade. Son chemin pour retrouver la sortie va être difficile, et nous allons la suivre à travers diverses parties du corps humain.

Un audio est inclus grâce à un QR code. Celui-ci dure 39min57, prévoyez donc le temps nécessaire pour vous poser tranquillement avec votre/vos enfant/s (ou faites comme moi, en plusieurs fois, ça fonctionne aussi !). La particularité de cet audio est que l'histoire est accompagné d'un quintette de cuivres : en d'autres termes, il s'agit d'un ensemble musical constitué de cinq instruments à vent de la famille des cuivres.

En premier lieu, l'histoire est plutôt sympathique et facile à comprendre. Mon fils de 6 ans a réussi à suivre l'aventure du début à la fin sans soucis.

Concernant la musique, en dehors des chants qui étaient chouettes (dont une qui a beaucoup fait rire mes enfants), on a trouvé qu'elle comportait quelques longueurs parfois qui nous ont un peu détaché de l'histoire. Nous avons écouté l'audio en deux fois, soit environ deux fois 20min, et surprise, les enfants ont gardé leur attention tout du long, ce qui est un bon point !
Au niveau des illustrations, elles étaient colorées et correspondaient bien à l'instant T, mais j'aurais aimé en voir un peu plus dans ce livre par rapport à la taille des textes. 

Globalement, c'est un bon livre qui a su trouver son public ici à travers l'histoire, par les chants qui agrémentent la lecture (ou l'écoute de l'histoire) et par les illustrations malgré le goût de trop peu.

Ma note : 3/5

vendredi 12 avril 2024

Boulevard, après lui (T2) de Flor M. Salvador



On n’oublie pas son premier amour. On apprend à vivre avec son souvenir.
Depuis la disparition de Luke, Hasley peine à avancer. Quand on lui dit qu’il est temps de tourner la page et de laisser son passé derrière elle, c’est comme si on lui plantait un couteau dans le cœur. Mais il est vrai qu’elle est jeune, et qu’elle a toute la vie pour rencontrer de nouvelles personnes. Luke aurait voulu, elle le sait,
qu’elle poursuive sa route et réalise ses rêves. Ce souhait prend tout son sens lorsqu’elle rencontre Harry, un jeune diplômé à la vie bien ordonnée…
Les sentiments de Hasley pourront-ils enfin reposer en paix avec les souvenirs de Luke ?


Après l'effet sensationnel que m'a laissé le premier tome, je ne pouvais simplement pas passer à côté de cette suite. En fait, je pense que le fait d'avoir incorporé des musiques au fil de l'histoire a énormément joué sur mes états d'âmes et sur la façon dont j'ai de me souvenir de l'histoire. Dès que j'en écoute une qui fût cité, je me remémore certaines scènes. Je me suis pris tellement au jeu tout le long de ma lecture, que ça a laissé des marques pendant longtemps visiblement ! 

Arrive donc le tome 2, avec une couverture tout aussi belle. Première impression : le livre est plus fin. Je n'ai pas vraiment apprécié cette découverte, car cela signifiait que j'allais passer moins de temps dans ce monde. Finalement, une fois la dernière page lue, je me rends compte que c'est juste ce qu'il faut, ni trop ni trop peu. Bon point donc malgré ma première appréciation. 

Cette fois-ci sans illustration incorporée, la plume de l'auteur reste la même, et c'est toujours simple et agréable à lire. Même s'il subsiste quelques incohérences pour moi concernant l'avancée du temps (c'est peut-être moi qui ai trop lu lorsque j'étais fatiguée et que je n'ai pas capté !). 

Le point négatif, c'est l'absence totale de musiques citées. J'ai passé tellement de temps à les écouter pendant ma lecture du tome 1, que j'ai eu une impression de pièce de puzzle manquante pour cette suite. Après réflexion, on peut se dire que ce détail correspondait à Luke, donc ce serait logique de ne pas en avoir ici, mais pour moi cela donnait une toute autre dimension au récit. (Pièce de puzzle manquante = Luke ? Pourquoi pas...#reflexionintense) 

Revenons-en à l'histoire actuelle, s'il vous plaît ! Hasley poursuit sa vie sans grande conviction et avec une douleur encore très présente malgré les quelques années qui se sont écoulés. Ce second livre met en avant l'énorme travail que Hasley va devoir encore fournir pour pouvoir sortir de son deuil et avancer dans sa vie. C'est très bien mené, on comprend et on suit son avancée qui ne se fait pas sans peine, évidemment. Le tout réside dans un ton plus calme et psychologique qui correspond parfaitement à cette suite. 

Pour conclure, ce roman ne m'a pas autant fait vibrer que le premier, mais je pense que ce n'était pas son but. J'aime à penser que c'est une suite importante et obligatoire pour pouvoir refermer pleinement et correctement ce boulevard des coeurs brisés. 

Ma note : 4/5

vendredi 22 mars 2024

 Mythes et légendes du Japon, Izanami et Izanagi : La création du monde (T1) par RBA Collection 

Izanami et Izanagi, deux jeunes divinités promises en mariage, se voient confier la tâche titanesque de voyager jusqu’à l’océan primordial pour y créer un Nouveau monde où dieux, hommes et esprits cohabiteront en harmonie. Confrontés au feu dévastateur du kami Kagutsuchi, ils découvriront, bien malgré eux, que la création et la vie ont un terrible pendant : la destruction et la mort.


Je débute à peine dans le monde des mythologies et des légendes du Japon. Ce qui m'a poussé à m'y intéresser, c'est sans conteste les animés et les mangas ! Saviez-vous que parmi ces derniers, se cachent souvent des références mythologiques et des légendes japonaises ? Citons simplement Dragon Ball, Naruto, Demon Slayer, Death Note. Mais encore Princesse Mononoke, Mon voisin Totoro ou bien le voyage de Chihiro.


C'est donc en tant que débutante que j'entame cette collection proposé par RBA collection. Le contenu du livre est très intéressant : il y a d'une part la légende romancée (ici, celle d'Izanami et Izanagi) qui est très bien écrite, avec une compréhension simple et des notes en bas de page pour nous donner plus d'explications sur diverses choses abordées lors de notre lecture (sur des mots, ou des significations au Japon par exemple). S'en suit la galerie des illustrations qui nous en apprend d'avantage sur celles utilisées dans ce livre. Nous finissons enfin avec un chapitre sur l'histoire et la culture du Japon pour en apprendre toujours plus sur l'origine de la mythologie japonaise et comment elle a évolué dans le temps.

Je ressors de cette lecture satisfaite. Elle a répondu à mes attentes. J'ai trouvé le tout très intéressant et bien tourné. 

Ma note : 5/5

mercredi 21 février 2024

Tout ce qui nous empêche d'être heureux et ce qu'il faut savoir pour l'être de Fabrice Midal 



"Es-tu heureux ?"
Pendant des années, j'ai été désarçonné, toujours gêné par cette question. J'avais, comme tout le monde, des emmerdes, des ennuis, des difficultés. Je n'aurais pas dit que je baignais dans le bonheur. Mais... pourquoi est-ce que je me sentais quand même heureux ? Sans doute parce que la fréquentation des philosophes, des sages, m'avait enseigné un chemin fait de retournements, de petits pas de côté, d'une autre manière d'aborder des situations que nous rencontrons au quotidien.C'est à un changement radical de vie que je te convie. Car tu ne seras pas heureux(se) quand tout sera lisse, immobile et que tu n'auras plus aucun défaut... mais à l'inverse, lorsque tu auras abandonné l'idée d'un bonheur positiviste et que tu auras conclu la paix avec ton imperfection.

J'ose croire que nous nous sommes tous déjà retrouvé au moins une fois dans l'une des situations que Fabrice Midal relate, développe, argumente et explique. Chaque être humain est différent (sinon ça ne serait pas drôle !), donc nous ne serons pas tous touchés de la même manière par les différents exposés que l'auteur nous offre dans son roman. 

Cependant, ils sont tous suffisamment intéressants pour qu'on s'y intéresse. Qu'on applique déjà ou non les astuces écrites, il est toujours bon d'avoir un rappel de certaines choses aussi logique, aussi futile, aussi simple et "normale" soient-elles. Parfois, se rappeler simplement un trait simple de la vie peut nous permettre de faire ce pas de côté dont on a besoin pour avancer.  C'est de cette manière dont j'ai envie de vous résumer ce roman.

Le développement personnel est quelque chose qui fait du bien, qui nous recentre. Fabrice Midal a su porter en lumière les différents sujets qu'il expose en utilisant des exemples concrets, et qu'on ne peut réfuter, car nous connaissons certainement au moins une personne dans notre entourage (voir nous-même) à qui ses exemples soient très parlants. On capte très vite le sujet, et on le comprend ! Autant vous dire que la lecture se fait très facilement, sans accrochage et est compréhensible de tout un chacun. 

Les citations en fin de chapitre m'ont bien plu et mettait, encore une fois, en valeur les idées mises en avant. Ces dites-citations sont d'autant plus impactantes étant donné que le chapitre qui précède chacune d'entre elles nous fait pleinement prendre conscience de tout leur sens. En voici quelques exemples pour vous donner une petite idée : 

"On peut facilement pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité. La vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière."
Platon

"Savoir se défendre intelligemment, c'est porter l'armure à bon escient."
Miyamoto Musashi

"Chacun d'entre nous, nous tous, sent que sa vie n'est pas celle de tout le monde, et c'est absolument vrai. Pour vivre une vie absolument originale, il suffit d'être soi-même."
Agnès Martin

"Il y a une fissure en toute chose. C'est ainsi qu'entre la lumière."
Leonard Cohen


Je finirais par dire que c'est un livre qui fait du bien, même s'il ne transcende pas le genre littéraire en question : le développement personnel. 

Ma note : 4/5

dimanche 11 février 2024

Les anges d'Elysium, Étincelle (T3) d'olivia Wildenstein


Anecdote angélique numéro 100 : Le saviez-vous ? Les ailes ne vous rendent pas supérieur. Elles vous servent seulement à voler.
.
Naya et Adam n’ont rien en commun. Si ce n’est des ailes noires. La même date d’anniversaire. Et des pères aussi proches que des frères.
Mais c’est à peu près tout.
La douce et docile Naya a toujours scrupuleusement suivi les règles. Arrogant et indiscipliné, Adam s’est donné pour mission de toutes les enfreindre.
Elle, c’est la fille bien-aimée d’un archange. Lui, le garçon rebelle des guildes... ou plutôt, le Plumable rebelle.
Quand Naya déboule dans la vie d’Adam pour lui demander une place dans son équipe de gardiens clandestins, il refuse. La dernière chose dont a besoin son escouade officieuse, c’est d’attirer l’attention d’un archange, et la dernière dont il a besoin, c’est de se laisser déconcentrer par une blonde pétulante à la voix enjôleuse et aux yeux pénétrants.
Le problème, c’est que Naya ne tarde pas à devenir, aussi soudainement qu’inexplicablement, l’unique objet de son désir.

Prétendre que cette trilogie n'a pas laissé une douce marque dans mon coeur serait mentir. Ce dernier tome de la saga des Anges d'Elysium est un achèvement parfait de l'histoire dans sa globalité. Je le considère comme une promesse tenue par l'auteur, qui nous a fait vivre au fil des 3 tomes, il faut le dire, des montagnes russes d'émotions (surtout le premier tome qui fût incroyablement dur à digérer pour ma part). 

Si vous avez déjà lu le tome 1 et 2, quels ont été vos ressentis en commençant cette dernière ligne droite ? Pour ma part, je me suis sentie hyper heureuse de faire la connaissance de Naya et d'Adam ! En tant que roman final, on sait que beaucoup de choses vont se jouer, mais aussi que certaines portes vont s'ouvrir, et plus encore ! Et c'est tout ce qu'on attendait. 

Ce qui est intéressant à souligner, c'est que l'amour ne devient pas dégoulinant à en recouvrir tout le reste. Un juste dosage est habilement fait entre cette partie de l'histoire et le reste : action, espionnage, trahison, secrets et dommages collatéraux font également partie de la fête,. On ne tourne pas en rond, l'histoire suit son cours de façon équilibré, et on apprécie ! 

Concernant l'écrit du roman, j'ai fortement apprécié le fait que nous passions à une double narration. Nous avons en l'occurrence les points de vues des deux protagonistes les plus importants de la saga, je dirais. Dans ce sens, on conserve une narration immersive, tout en profitant d'un approfondissement des personnages étant donné que nous nous enfonçons à chaque fois dans la tête de chacun, et c'est une raison qui nous permet de s'attacher d'autant plus à nos deux Plumables. (J'ai préféré cette méthode de narration comparé à celle présente dans le tome 1.)
Autre fait que je me dois de mettre en avant : à chaque fois qu'Adam prend la place de narrateur, nous avons le droit à une information d'Elysium même ! Et j'ai plus qu'adoré. Voici quelques exemples : 
"Information angélique n°1000 : La taille et la brillance des ailes ne sont pas des mesures de la valeur d'un être."
"Information angélique n°76 : Les anges ne sont pas des dieux, même si certains agissent comme tels."
"Information angélique n°2 : La véritable beauté est la profondeur de l'âme."

Pour moi, cette saga rentre dans mes livres préférés. C'est ce genre de livres qui vous font perdre la notion du temps : vous savez l'heure qu'il est lorsque vous débutez votre lecture, mais finissez toujours par être étonné de l'heure à laquelle vous le reposerez. 

Les anges d'Elysium méritent toute votre attention. Croyez-moi, nom d'Abaddon, car c'est une Plumetain de trilogie ! 

Ma note : 5/5 
 

vendredi 1 décembre 2023

Les anges d'Elysium, Céleste (T2) d'Olivia wildenstein 



Dans quatre-vingt-douze jours, les appendices en plumes qui me lient à ces gens que je déteste vont enfin se détacher. Mes chères petites ailes, je ne vous regretterai pas.

Celeste a passé les quatre dernières années à se bâtir une vie en dehors des guildes angéliques (les fêtes, ça, c’est fait), délaissant les ambitions des anges pour celles des humains (les études, ça, c’est fait), semant ses plumes sur les pavés de Paris et, plus récemment, les trottoirs de New York (la langue trop bien pendue, ça, toujours !).

Elle a juré de ne plus rien à voir avec les anges. Malheureusement, quand la femme, qui l’a recueillie le soir de la disparition de Leigh, trouve la mort, ils reviennent de force dans sa vie... et pas n’importe quel ange, le plus détestable d’entre tous : Seraph Asher.

Celeste a beau envoyer l’archange se faire emplumer, cet homme aussi beau qu’obstiné refuse de la laisser en paix. Il insiste sans relâche pour qu’elle complète ses ailes. Et quand elle lui demande une bonne raison de le faire, il lui en donne une, implacable : ce qu’il a fait de l’âme de Leigh.

Asher n’avait aucune intention de partager son lourd secret, pourtant c’est le seul moyen de sauver Celeste, la Plumable rebelle qu’il n’arrive pas à chasser de sa tête... et de son cœur.

469pages de pure bonheur en terme de lecture. 
Nous retrouvons certains personnages du tome 1, et ça fait du bien ! 

Ici, nous suivons Céleste que nous avons rencontrés précédemment, avec sa langue bien pendue et son fort caractère qui l'avait déjà démarqué du reste de son peuple. 
Asher, qui me paraissait bien trop froid et sans émotion, est vu sous un autre jour. Ce personnage sera évidemment approfondi et pourra être apprécié à sa juste valeur. On pousse un peu plus l'exploration sur le monde céleste ainsi que son fonctionnement. J'ai trouvé que leur façon d'agir fait écho à notre monde d'une certaine manière, avec beaucoup d'injustices et d'incompréhensions, ainsi que des caractères bons comme mauvais. 

Comme dans le 1er tome, on passe par toute sortes d'émotions (y compris Céleste qui va peut être se rendre compte que, parfois, écouter un petit peu peut être bénéfique). Même si l'histoire de notre belle Plumable et d'Asher m'a moins pris aux tripes que celle de Leigh et de Jarod (qui m'a fait pleurer comme une madeleine), elle en reste très bonne : on ne frôle pas les mêmes émotions, mais c'est ce qui rend chaque tome un peu plus unique.
Le lien entre céleste et asher a été très bien travaillé et j'ai adoré la manière dont cela se concrétise. La façon qu'ils ont dès le départ de se chercher des noises a été grandement apprécié pour ma part. 

Il reste des questions auxquelles nous n'avons pas de réponse, et elles seront peut être abordées dans le dernier tome de la saga (notamment le fonctionnement qu'emploient les Ishim lorsqu'ils décident de retirer une plume ou non). 

La plume de l'auteur (si je peux me permettre !) est toujours aussi agréable et fluide. Parfaite sans prise de tête. Avec Céleste, attendez-vous à un vocabulaire plus familier qui retranscrit parfaitement son individualité. 

Ma note : 5/5